L’instant présent

l-instant-present-751819Titre : L’instant présent
Auteur : Guillaume Musso
Edition : Pocket
Pages : 435
Prix : 8,87€


 4ème de couverture

« Souviens-toi que l’on a deux vies. La seconde commence le jour où on se rend compte que l’on en a qu’une. »

Pour payer ses études d’art dramatique, Lisa travaille dans un bar de Manhattan. Elle y fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. En apparence, il a tout pour plaire. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Deux ans plus tôt, il a hérité de la résidence de son grand-père : un vieux phare isolé dans lequel une pièce a été condamné. Malgré sa promesse, il a choisi d’ouvrir la porte, découvrant une vérité bouleversante qui lui interdit de mener une vie normale. Sa rencontre avec Lisa va tout changer et lui redonner une raison d’espérer. Dès lors, Arthur et Lisa n’ont qu’une obsession, déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

Mon résumé

Arthur Costello reçoit un matin la visite de son père avec qui il n’a pourtant pas réellement de contact, celui-ci l’informe qu’il va diviser sa fortune en deux, une partie ira à son frère tandis que l’autre sera pour sa sœur. Arthur quant à lui héritera du phare des 24 vents. Cependant pour hériter, il doit s’engager à ne jamais vendre le phare, et à ne pas entrer dans une pièce que son père avait fait murer quelques années auparavant.

Promesse qu’Arthur ne tiendra pas et en entrant dans cette pièce, il déclenche une malédiction, pendant 24 ans, il ne vivra qu’un jour par an. Il va donc voir 24 ans de sa vie passer en 24 jours.

Je vais m’arrêter là pour le résumé même si je rêve de vous en dire plus.

Critique

Points positifs : 

Musso a un don, vraiment, dans chacun de ses livres, il parvient à glisser une intrigue dont lui seul à le secret. Et quand on commence à lire, qu’on comprend réellement toutes les particularités de cette malédiction, (spoiler (1)  il va vivre 24 ans en 24 jours certes mais toutes les personnes qu’il rencontrera pendant la seule journée où il vivra dans l’année, ne le connaîtra plus, tout ce qu’il fera à ce moment là n’existera plus une fois les 24 jours (ans) passées. Ce sera comme s’il n’avait jamais existé !) on se demande mais comment Musso va résoudre cette énigme là. Est-ce qu’il va laisser un happy end à Arthur Costello, si oui comment ? Comment ça va se finir… Musso met en scène des situations qu’on ne peut même pas imaginer, qu’on a jamais vu avant.

Points négatifs :

D’habitude un peu de description ne me dérange pas, au contraire, cela m’aide à me plonger complètement dans l’histoire, mais dans L’instant présent, la description est omniprésente ! Je suis sur qu’elle doit représenter au moins 45% du roman. Je m’explique, à chaque fin de chapitre à peu près, on assiste au départ d’Arthur Costello et avec ça, nous avons la description de ce qu’il sent, de ce qu’il se passe autour de lui, comment il est habillé….. Je veux bien qu’on la retrouve dans les trois premiers chapitres à la limite, le temps que le lecteur comprenne que chaque départ sera pareil. Mais étant donné que c’est tout le temps pareil à mon sens autant de description était inutile.

J’ai eu l’impression que la description était mise là pour noircir les pages, elle n’apportait absolument aucun plus à l’histoire et finalement à la fin on se rend compte que c’était exagéré.

Comme je disais dans les points positifs, Musso a énormément d’imagination selon moi en ce qui concerne les intrigues, mais dans L’instant présent, j’ai été énormément déçu par les derniers chapitres. Habituellement, à la fin on en reste bouche bée, on comprend ce qu’il va se passer pour le personnage etc. Mais dans ce livre, oui je ne m’attendais pas à la fin, oui j’ai été bouche bée, mais ce n’était pas de la surprise c’était de la déception, j’ai l’impression que tout ce que j’ai lu dans les 400 premières pages n’ont servi à rien. Au final, j’ai l’impression de ne pas connaître les personnages, c’est comme si on m’avait menti sur eux depuis le début.

Conclusion 

Je pense que c’est le roman de Musso qui m’a le plus déçu, pas parce que j’en attendais beaucoup. Ce roman m’a déçu parce que jusqu’à la 395ème page exactement, je l’avais positionné dans le top 3 des livres de Musso que j’avais préféré (pour son scénario j’ai moyennement aimé le style). Et en continuant ma lecture, ça a été la déception, pur et simple, après avoir lu les derniers chapitres, j’ai eu l’impression d’avoir lu les 395 pages précédentes pour rien.

Musso essaye de nous faire passer une morale, profiter des gens que l’on aime, de l’instant présent qui passe trop vite mais il a très mal passé ce message selon moi.

En commençant cette critique, je me suis dit il faut que tu fasses la part des choses, tu as bien aimé le début de ce roman quand même. Oui j’ai aimé le début, mais si je peux vous donner un conseil si vous lisez ce livre, c’est de le lire jusqu’à la page 395 précisément, il vaut mieux rester toute votre vie dans le suspens, imaginez votre fin à vous, ou alors celle dont le grand-père d’Arthur le met en garde tout au long du livre, plutôt que de savoir ce qu’il se passe vraiment !

Sans titre(4)

Certains vont sans doute me détester après avoir lu cette critique, mais si vous avez aimé ce livre, n’hésitez pas à me dire pourquoi dans les commentaires.

(1) que les plus curieux sélectionnent la partie transparente !

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s